humeur du moment !!!!

Bonjour à tous,

Depuis quelque jours cet extrait de Khalil Gibran, que mon papa me répétait tout le temps ne me sort pas de la tête. C'est fou comme des souvenirs lointains peuvent revenir à certaines périodes de la vie.

Je me suis toujours efforcé de vivre en suivant cette ligne, vivre le moment présent en faisant attention de ne pas blesser les gens qui vivent à mes cotés ; je n’y suis pas toujours arrivé, c’est vrai, la vie n’est pas tendre et nous force parfois à faire des choix. Certains peuvent déplaire car on ne va toujours dans la même direction et deux personnes peuvent avoir une vision différente d’une même situation.

Parfois au détour d’un tournant, le passé nous rattrape et on se souvient de ses petites bribes d’enfance qui nous font supporter avec humour les tumultes actuels. Ces solides fondations qui nous tiennent debout quand la vie nous ébranle. Alors on continue  à avancer et affronter les tempêtes qui rythment la vie. On va aller au bout du chemin de son mieux et en faisant face à toutes les difficultés en attendant des jours meilleurs.

Je vous mets une traduction du poème de Khalil Gibran dont cette magnifique citation est extraite, trouvé sur le net... comme quoi le passé et le présent peuvent se rejoindre et se compléter et un montage avec une photo dont je ne connais pas l'auteur.

Une excellente semaine à vous tous et plein de gros bisous.

 

 

citation-viegrand.jpg

Vos enfants ne sont pas vos enfants

Et une femme qui portait un enfant dans les bras dit : Parlez-nous des enfants.
Et il dit : Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à elle-même,
Ils viennent à travers vous mais non de vous.
Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées,
Car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,
Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter,
pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer d’être comme eux,
mais ne tentez pas de les faire comme vous.
Car la vie ne revient pas en arrière, ni ne s’attarde avec hier.

Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés.
L’Archer voit le but sur le chemin de l’infini, et Il vous tend de Sa puissance
pour que Ses flèches puissent voler vite et loin.
Que votre tension par la main de l’Archer soit pour la joie;
Car de même qu’Il aime la flèche qui vole, Il aime l’arc qui est stable.

Extrait du recueil,  Le Prophète, Khalil Gibran.

blog

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×